10/09/2013
Les nouveaux réseaux sociaux moins connus

Qui n'est pas présent sur au moins un des réseaux sociaux populaires, que ce soit Facebook, Twitter ou même LinkedIn? Bon, j’imagine déjà un lecteur qui pourrait m’affirmer que la cousine du frère de son oncle n’a même pas Internet, oui, d’accord. N’empêche que selon les statistiques de 2011, 20.54 millions d'utilisateurs français possédaient un compte Facebook, c’est déjà pas trop mal. 

Pour la plupart d’entre nous, nous vivons donc dans les différents univers des réseaux sociaux. Je ne vous expliquerai pas les bases, je sais que vous êtes déjà pro en la matière. Vous qui suivez notre page Facebook, j’imagine que vous êtes probablement déjà familier avec celui-ci. Idem pour Twitter, dont vous connaissez déjà le petit oiseau bleu qui vous permet de partager vos informations, mais de manière plus concise avec un nombre de caractères limité à 140. LinkedIn et Viadeo? J’en ai même fait un billet précédemment.

Mais qu'en est-il des nouveaux réseaux, qui apparemment sont de plus en plus populaires, mais qu’on connaît tout de même moins que les géants du milieu qui volent forcément la vedette aux autres joueurs ?

Voici donc une liste de quelques réseaux Brand New qui font buzzer la webosphère.

Snapchat



Vous connaissez probablement déjà Instagram, cette application si populaire qui permet de partager vos clichés en y ajoutant des filtres? Eh bien cette fois, l’application Snapchat ne fait par fureur à cause de ses filtres ou de ses mises en scène, mais plutôt par le côté éphémère de ses images. Vous partagez donc une photo, mais vous choisissez également la durée de vie de celle-ci, qui peut être entre une et dix secondes. Vous l’envoyez à un membre de votre réseau et une fois le délai dépassé, la photo s'autodétruit et disparaît à jamais. Si votre destinataire essaye de vous truquer en faisant une capture d'écran, vous serez averti dans la seconde et vous pourrez éliminer ce mauvais joueur de vos contacts. Cette appli est donc plutôt sympa et pratique pour partager des moments drôles sans vous couvrir de ridicule trop longtemps, ou pour éviter que votre patron ne vous parle de ce mètre de Tequila que vous avez engloutie la nuit dernière.

Ce concept a été créé par deux élèves de l'université Stanford, Evan Spiegel et Bobby Murphy, pour un projet de fin d’études. Selon les jeunes fondateurs de Los Angeles, c’est la combinaison entre l’instantané et l’éphémère qui rend cette application si populaire. Avec 50 millions de « snaps » envoyés chaque jour, on peut effectivement dire que cette appli commence à se faire une place importante dans le fabuleux monde des réseaux sociaux.  

Path



L'application Path connaît actuellement un réel succès qui compte déjà plus de cinq millions d'adeptes, dont Britney Spears et Ashton Kutcher. Si vous êtes un fan de Facebook, vous risquez d’aimer ce nouveau projet. Le but est plus ou moins le même que Facebook ; partager son quotidien, des photos et des vidéos, dans une interface qui se retrouve à mi-chemin entre Pinterest et Instagram. La différence ? Le nombre de contacts est limité à 150 personnes et le contenu demeure privé dans votre cercle social réduit, ce qui offre une proximité beaucoup plus réelle avec ses amis Path. Avec ses limites bien établies, il est plus simple de partager son intimité avec des gens triés sur le volet, sans se soucier qu’une photo devienne publique. Enfin, normalement…



C’est Shawn Fanning, le créateur de Napster et Dave Morin, un des premiers membres de Facebook, qui ont cofondé Path. Robin Dunbar, professeur de psychologie évolutionniste à l'université d'Oxford, a d’ailleurs mené une étude qui démontrait qu’il est impossible d’avoir des échanges de qualité dans un réseau de plus de 150 personnes. À essayer prochainement !

Social Number



Imaginez un réseau social où on vous oblige à être anonyme, c’est-à-dire que vous n’avez pas de nom, pas d’identité, ni de pseudo: vous n’êtes qu’un numéro. Et lorsque nous avons la chance de nous dissimuler derrière un numéro, tout est permis, sans risque de représailles. Avouez un secret que vous ne pouvez plus garder, donnez une opinion honnête de l’endroit où vous travailler ou échangez tout simplement sur un sujet qui vous passionne.

MK, le cofondateur de Social Number, qui d’ailleurs ne révèle que ses initiales, affirme que « contrairement aux autres réseaux où tout ce que vous dites peut se retourner contre vous, il y a ici, grâce à l'anonymat, une vraie liberté d'expression ».  Il ajoute que « malgré l'anonymat, les membres sont respectueux des règles. Jusqu'à présent, personne n'a été exclu pour dérives ou propos vulgaires. »

Être un numéro, ça vous intéresse ?

Bobler 



Bobler est une initiative élaborée par deux Français, Pierre Brouder et Marc Antoine-Durand, qui ont voulu ramener la voix dans les réseaux sociaux. On utilise la voix lorsqu’on communique par téléphone, mais à moins de faire une conférence téléphonique, il est difficile de partager vocalement nos pensées avec plusieurs personnes à la fois. Les deux étudiants de Science-Po ont donc créé une plateforme où les utilisateurs peuvent envoyer des bulles de son. Ce genre de tweet sonore est en fait des enregistrements de moins de deux minutes que tous les membres inscrits peuvent consulter.



Les utilisateurs peuvent donc laisser des commentaires vocaux, une chronique rapide ou une simple remarque. Même l’auteur Martin Page a déjà réalisé quelques bulles pour faire la promotion de ses livres. Il est également intéressant de savoir que les bulles sont géolocalisées, ce qui permet, par exemple, de laisser un avis sur un endroit pour les prochaines personnes qui s’y rendront. Des discussions décalées, pourquoi pas ?

Nextdoor



Nextdoor est un réseau social de voisinage dont le but est de rassembler au même endroit les gens d’un même quartier pour qu’ils puissent partager sur des sujets comme la surveillance de quartier, pour proposer des services ou même en demander, au cas où vous auriez besoin d’une tondeuse, par exemple. Vous aurez donc enfin l’occasion d’être lié aux gens de votre quartier sans devoir sonner à toutes les portes si vous avez besoin de quoi que ce soit : un message suffit. 



Nextdoor a été créé en octobre 2011 aux États-Unis, par Nirav Tolia, un serial entrepreneur du « web local ». Avec 16 000 quartiers créés à travers les 50 états des États-Unis (100 nouveaux quartiers par jour) et 500 000 messages mis en ligne quotidiennement, Nextdoor montre les premiers signes de succès. Pour le moment, le réseau n’a pas encore fait sa place en Europe, mais sachant que Ma-résidence.fr fonctionne assez bien, Nextdoor ne devrait pas avoir trop de mal à s’implanter chez nous.

Happier



Voici le réseau social des gens heureux où les utilisateurs sont invités à partager leurs moments joyeux. Que vous soyez avec des amis, devant une machine à café ou en train de promener votre chien, s’il y a de la joie dans ce que vous vivez, vous pouvez le partager. Sur ce réseau, on partage donc des photos, des vidéos ou des statuts positifs qui normalement seront en mesure de faire sourire d’autres internautes. De toute évidence, ce nouveau réseau social ne s’adresse pas à ceux qui aiment regarder des vidéos de FAIL ou des situations qui rendent mal à l’aise. Au contraire, sur Happier, on parle plutôt de yoga, on montre des photos de papillon, des petits mots laissés par papa, etc.



La cofondatrice de Happier, Nataly Kogan, a eu une enfance difficile en Russie et elle est arrivée aux États-Unis avec la ferme intention d’être enfin heureuse. Elle a longuement cherché des réponses dans des études scientifiques, sociologiques et psychologiques avant de se rendre compte que le bonheur ne se trouvait pas dans les explications données dans les livres, et qu’elle devait plutôt prêter attention aux moments de joie de son quotidien. Selon le site, plus d’un million de moments heureux ont déjà été partagés par plus de 100 000 personnes.

Pourquoi ne pas contribuer à ce bonheur collectif ?


 

Commentaires

Ajouter un commentaire